Mon retour sur le Symfony Live Paris-2018

 

Avec l’arrivée de Symfony 4 en fin d’année dernière, de la nouvelle architecture « FLEX » mise en place, des améliorations de performance effectuées sur cette nouvelle monture du Framework et des dernières nouveautés, le `Symfonylive2018`s’annonçait prometteur.

Pour rappel, Symfony est un framework PHP Français (un peu de patriotisme ne fait pas de mal 😛 ) pouvant être mis en place par des lots de composants PHP. L’objectif de ma participation était précis : assister à des conférences sur le nouveau Symfony, sur les nouvelles bonnes pratiques, sur la mise en place des nouveaux composants, et sur les nouveautés relatives à PHP.
J’ai rapidement trouvé mon bonheur grâce à des conférences de qualité comme Symfony avec Fabien Potencier, les performances de PHP avec Nicolas Grekas, ou d’ApiPlateform avec Kévin Dunglas…  Des conférences techniques mais aussi certaines plus décalés :  Symfony 4.1, Flex, PHP 7.1, REST, GRAPHQL, ApiPlateform, Bundles, Composants, ORM, DDD, Hexagonal, Monolithe, micro-services, tests, sécurité, open-source, machine Learning, mutation testing … tout y est passé, expliqué par des personnes intéressées et intéressantes 🙂

J’ai particulièrement apprécié la conférence technique et dynamique de Nicolas Grekas « Tirer le maximum de moteur PHP 7 – l’exemple de Symfony », où était expliquée très clairement comment l’on pouvait gagner en performance sur de simples actions PHP. Les exemples via des cas concrets sont appréciables, surtout lorsqu’ils sont appuyés par des benchmarks.
La conférence de Kévin Dunglas sur « REST ou GraphQL illustré avec Symfony et Api Plateform » était également très intéressante. Api Plateform, le framework PHP du moment, basé sur Symfony, permet très simplement, et très rapidement de créer une API REST ou/et GraphQL incluant à fois l’API, l’admin, et le front via un générateur React/Vue…  On y apprend les grosses différences existantes entre REST et GraphQL au niveau du cache ou des logs notamment, toujours avec des exemples concrets.

 J’ai été surpris par la conférence de Théo Fidry sur le « mutation testing ». Une très bonne conférence sur les tests unitaires, expliquant l’utilité de créer de mutants pour une couverture de tests optimale.

J’ai aussi assisté à une « unconference » sur le machine learning présentée par Grégoire Hébert, « Une IA Neat plus ultra » qui expliquait les bases du machine-learning, avec un support sur Github téléchargeable.

Pour finir, le récapitulatif « Une année de Symfony » présentée par Sarah Khalil était super, une bonne synthèse de tout ce qu’il y a à savoir pour bien débuter avec SF4.

Pour résumer, cette dixième édition était vraiment au top. Intervenants de qualité, sujets des conférences pertinents que cela soit pour les officielles ou les ‘’unconférences’’. Un grand merci à eux.

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y participer, tous les slides des conférences de la Symfony Live Paris-2018 sont disponibles ici =>https://github.com/SymfonyLive/paris-2018-talks

Les slides de la conférences sur le machine Learning de Grégoire Hébert sont ici  =>https://slides.com/gheb/neat-plus-ultra-uc#/

Romuald Priol dit Carpano

Aucun commentaire pour Mon retour sur le Symfony Live Paris-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *