Nous n’étions pas moins de 16 Peaksiens présents à l’édition 2022 du MiXiT, mardi et mercredi dernier. Ravis et inspirés par plusieurs conférences, nous avons décidé de les partager avec vous. Voici la première restitution présentée par Sami, ”Le Public Stack Model” by Sander Van der Waal.

Le Public Stack Model de Sander van der Waal

Le mardi 24 mai lors du MiXiT 2022, j’ai eu l’occasion d’assister à la conférence de Sander van der Waal, directeur de recherche à l’institut WAAG, sur “la création d’espaces communautaires digitaux visant à servir l’intérêt public”.

What is WAAG ?

Waag est un « Futurelab », œuvrant pour l’amélioration de la société par le biais d’innovations technologiques. Selon le laboratoire, les technologies élaborées aujourd’hui ne sont pas neutres. WAAG souhaite renforcer l’esprit critique vis-à-vis de la technologie, en développant des compétences technologiques et sociales, tout en encourageant l’innovation sociale.

WAAG est composé d’une équipe transdisciplinaire de designers, d’artistes et de scientifiques, utilisant des méthodes de recherches publiques et accessibles à tous pour faire coexister technologie et société. C’est de cette manière que WAAG souhaite permettre à ses citoyens de développer un avenir transparent, honnête et inclusif.

What is le Public Stack Model ?

Sander van der Waal explique le « Public Stack Model » et propose son utilisation pour développer une roadmap afin de créer des technologies qui ont à cœur l’intérêt public.

Quelles sont les questions fondamentales à considérer ? A quoi ressemble le process de design et de développement pour construire ces NTIC ? Et comment inclure les citoyens dans les choix cruciaux pour s’assurer que ces NTIC soient développées correctement et éthiquement ?

Ce sont toutes ces questions auxquelles Sanders tente donc de répondre en expliquant comment construire un écosystème de NTIC avec à cœur l’intérêt public pour en faire des alternatives aux plateformes commerciales d’aujourd’hui.

Pour répondre à cette question, il faut comprendre de quoi est composé le Public Stack.

Le « Public Stack Model » repose sur 4 piliers :

  1. La perspective du client. Dans ce contexte, on considère l’end-user comme étant un citoyen et non un simple consommateur. Les NTIC qui lui sont proposées doivent remplir une fonction précise et être compatibles avec ses envies et ses besoins.
  2. La tech stack. Elle va comporter un ensemble de protocoles et standards qui vont de pair avec les éléments physiques et virtuels qui composent nos NTIC, à savoir :
    • Application
    • OS
    • Firmware et drivers
    • Composants
    • Infrastructure
  3. Le design process. C’est une combinaison de méthodes de recherches mêlant :
    • Cocréation : processus permettant de démocratiser les compétences et les connaissances nécessaires pour implémenter des solutions avec les administrations publiques.
    • Science citoyenne : une méthode de recherche scientifique effectuée par des scientifiques amateurs.
    • Recherche publique : une méthode qui priorise l’intérêt général comme ligne directrice de l’innovation. La société devient une communauté de recherche.
    • Participation publique : permettre à tout le monde via des tables rondes, débats et sessions de brainstorming de participer pour comprendre les enjeux et permettre la création de NTIC de qualité.
  4. Les fondements :
    • Tous les stakeholders sont concernés et leurs opinions sont prises en compte
    • Les droits de l’Homme sont garantis et les valeurs publiques sont respectées
    • La société détient le pouvoir décisionnel en matière de digitalisation
    • Le modèle économique prend en compte l’Homme et la planète

WAAG a pu utiliser ces principes fondamentaux et les appliquer aux différents secteurs qui régissent la société, tels que l’énergie, l’éducation, la santé, les médias (informations), le gouvernement.

En tant que directeur de recherche à l’institut WAAG, Sander van der Waal a pour objectif d’assurer que toutes les recherches au sein du laboratoire puissent contribuer à un changement positif et durable, autant sur le plan local à Amsterdam, qu’au niveau national aux Pays-Bas et éventuellement au niveau européen, conformément aux principes de transparence, d’équité et d’inclusivité de WAAG.

Conclusion

J’ai trouvé cette conférence fascinante mais aussi dérangeante. Nous n’avons aucun centre de recherche comparable en France qui permettrait de mettre le citoyen au cœur de toutes les décisions d’implémentation et de création de solutions digitalisées. Nous sommes loin d’être les plus mauvais élèves en matière d’utilisation et de stockage des données mais nous pouvons faire mieux.

Ci-dessous quelques URL supplémentaires pour approfondir vos connaissances ☺ :